25/11/2009

Interview de Elisabeth DUDA, actrice franco-polonaise, héroïne de "Misja Krakow"

Je vous parlais il y a peu de temps du podcast de Misja Krakow, excellente émission de fiction éducative pour apprendre une langue, coproduite notamment par RFI (Radio France International). Curieux d'en savoir plus, j'ai réussi à entrer en contact avec Elisabeth DUDA, actrice franco-polonaise, qui jouait le rôle de Susanna dans cette émission. Mais avec cette jeune femme, il est impossible de se contenter d’une seule phrase :-)

Née en France mais d’origine polonaise, Elisabeth DUDA est un savoureux mélange de ce qu'il y a de meilleur à prendre dans les 2 cultures : belle, talentueuse et passionnée, aussi à l'aise en polonais qu'en français. La preuve en est avec son parcours universitaire, puisqu'elle a intégré l'école de cinéma de Łódź, pour en ressoortir, 4 ans plus tard, première diplômée « étrangère » de cette faculté.

Elisabeth Duda

Sa biographie est impressionnante. Son site officiel vous en donnera un aperçu assez large, à vous faire tourner la tête ! Mais attaquons le vif du sujet...


Moi : Bonjour Elisabeth. Tout d'abord, merci d'avoir accepté de répondre à mes questions. Ma première sera toute simple : comment avez-vous été contacté pour le projet Misja Krakow ?

Elisabeth : C’est Agnieszka Drewno qui était Productrice déléguée de Misja Kraków qui m’a proposé de participer au casting pour le rôle principal. On avait déjà travaillé ensemble sur différents projets en Pologne, mais toujours dans la langue de Mickiewicz plutôt que dans celle de Molière.

Moi : Étiez vous seule en liste ou avez vous du être "castée" ? Si vous étiez plusieurs, combien? Qu'est ce qui, selon vous, a fait que vous avez emporté le rôle ?

Elisabeth : Je vous avoue franchement que je ne sais pas combien nous étions en liste lors du casting. J’étais tellement enthousiaste d’avoir emporté le rôle de Susanna que je me suis mise au travail sans attendre. J’ai posé de nombreuses questions a Lidwien (Coordinatrice de Mission Europe et Productrice déléguée de Mission Paris) à propos de l’interprétation qu’elle attendait. J’ai appris bien après la fin des enregistrements que nous étions très nombreux à vouloir participer à Mission Europe.

Elisabeth Duda

Moi : Qu'avez vous pensé du projet au premier abord ?

Elisabeth : J’ai trouvé l’idée unique. Une « édufiction » qui consistait à apprendre le polonais aux Francais et pour cela prendre le pretexte d’une mission pour sauver la Pologne: génial ! Il n’y avait rien à réfléchir, d’autant plus que mes racines polonaises me disaient : fonces, c’est emballant! L’auditeur va être embarqué dans un jeu de pistes et plongé dans l’environnement sonore de cette langue si particuliere. L’aventure est au rendez-vous !

Moi : Vous avez plusieurs interlocuteurs durant votre aventure : avez vous facilement pu collaboré avec chacun d'entre eux ?

Elisabeth : Bienvenue dans le monde magique de la radio ! Je n’en ai rencontré AUCUN. Bien sûr, je ne prends pas en compte le rôle de Michal, interprété par Tomasz Bialkowski. Sa présence était obligatoire! Et puis, nous nous sommes tout de suite entendus, surtout quand nous avons découvert que nous étions diplômés de la même école de cinéma, celle de Łódź, en Pologne. J’ai découvert le reste des interlocuteurs après le montage. Il faut dire que Jean-Pierre Chevillard qui était responsable de toute la partie technique est un amoureux de son métier et un vrai professionnel. C’est aussi grâce à lui que le dialogue s’écoute et s’écoule harmonieusement.


Moi : Qu'avez vous pensé de certaines parties du scénario qui sont difficiles à appréhender (comme le coté magique de l'aventure), ou plus rocambolesque (comme le fait de tomber amoureuse de Michal après seulement 2 heures) ? :-)

Elisabeth : Je me suis volontiers prêté au jeu du rôle de Suzanna. Elle devait être tout à la fois dynamique, entreprenante, émancipée, parfois presque « guerrière » dans sa détermination à survivre et dans celle à se débrouiller dans la langue polonaise ; mais il fallait également la trouver extrêmement féminine, douce, un peu naïve avec une pointe de romantisme non encore exploité… J’avoue que nous nous régalés à travailler avec l’équipe. En particulier j’ai pris du plaisir à jouer avec Tomasz, qui a ce « truc en plus » : il a cette chaleur dans la voix qui donne envie de jouer chaque mot lu. Pendant les enregistrements, nous jouions réellement et entièrement malgré la présence des microphones. Nos pauses, nos regards complices facilitaient la création d’une réelle intimité entre les personnages de Michal et de Suzanna. Je me souviens qu’après avoir joué la scène rocambolesque dont vous parlez, Lidwien a suggéré qu’il serait bon de faire une petite pause-café… pour revenir sur terre…


Moi : Combien de temps ce projet vous a-t-il pris ?

Elisabeth : Nous avons travaillé une semaine. Une semaine qui a passé extrêmement vite. Je ne me suis pas rendu compte du temps qui passait, ce qui est rare dans une carrière de comédienne. L‘atmosphère était tout simplement agréable, l’ambiance détendue et l’environnement de travail très sain. De fait, ces 5 jours sont passés à en un clin d’oeil. Vous savez, c’est le genre de projet dont vous pressentez par avance le succès qu’il va avoir. Si seulement cela pouvait être le cas sur chaque projet auquel je participe… :-)


Moi : Où se sont déroulés les enregistrements ?

Elisabeth : Dans les locaux de RFi, 116 avenue du Président Kennedy à Paris. Je me souviens être arrivée en retard lors de la première journée d’enregistrement à cause du dédale d’ascenseurs qui mène aux studios. Autant que je me souvienne, il y en a 4, éparpillés aux 4 coins du monde : l’ascenseur baptisé « Londres », le « Paris », le « Tokyo » et le « New York ». Ensuite, arrivée au dixième étage telle Thésée, je n’étais pas au bout de mes peines. Heureusement, l’accueil est hospitalier à tous les étages: dans tous bureaux où je suis entrée pour demander mon chemin, on m’a répondu avec le sourire et orientée au bon endroit, à croire que chaque nouveau venu fait les mêmes erreurs !

Elisabeth Duda

Moi : Envisagez vous une suite à ce projet personnellement, ou avec les radios partenaires ?

Elisabeth : C’est une évidence : j’adorerais participer à une suite! Je ne connais pas d’émission de radio éducative de ce type aussi réussie. Croisez les doigts …
Aussi dois-je reconnaître que travailler à la radio est un rêve depuis le début de mes études de cinéma et de Théâtre à l’Ecole de Łódź. Je trouve l’ambiance plus sympathique qu’à la télévision qui est un média plus cru dans les rapports humains.



Moi : Avez vous eu des retours sur le succès de l'émission ?

Elisabeth : J’ai appris par le communiqué de presse du 3 juillet 2007 que m’a envoyé Lidwien que Radio France Internationale, Deutsche Welle et Polskie Radio avaient reçu la médaille d’argent pour leur coproduction européenne « Mission Europe », dans la catégorie meilleur programme radio éducatif aux « Radio Broadcasting awards » de New York. Depuis 50 ans cette distinction récompense les meilleures productions sonores. Elle est considérée par certains comme « les Oscars de la radio ».
Cependant, je sais également d’après les taux d’audience que Mission Krakow a un véritable succès auprès des auditeurs. On dit que c’est l’une des plus réussies : les auditeurs ont bien raison et du goût, en plus ! Et Vous ? Vous en pensez quoi ?


Moi : Personnellement, j'ai adoré, je suis fan, j'ai même progressé en polonais ! :-)
Merci en tout cas de votre temps et bon courage dans la suite de vos projets.
Et félicitations pour votre nouveau site : www.elisabethduda.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Billets antérieurs